Accueil     Abstrait     Fleurs     Marines    Paysages     Regards     Vies     Voyages     Liens     Contact

ACCUEIL   
2 février 2015
Nouvelles photos :
Mer et Bateaux
Paysages
Regards

NOUVEAU
Pour voir une sélection de mes photos, cliquez ici.






La photo est une passion qui m’a pris dès l’age de 14 ans. J’ai commencé avec un « Brownie » Kodak au format 6X6 qui utilisait la pellicule 120, c’était appareil rudimentaire : Un boitier en plastique, une optique fixe sans mise au point, deux diaphragmes seulement et un viseur loupe de poitrine.

Je faisais les brocantes pour dénicher les vieux appareils à soufflet. Certains avaient des obturateurs assez performant avec des vitesses allant jusqu’au 250ème mais c’était rare que l’objectif, le soufflet et l’obturateur soient tous en bon état.
Mon premier vrai appareil photo a été un boitier 24X36 Foca (on en trouve encore chez les collectionneurs). C’était pour moi la « Rolls » : Je découvrais le levier d’armement, une optique de qualité qui ouvrait à F 2,8, une bague de diaphragmes, un obturateur central performant allant jusqu’au 500ème et une bague de mise au point précise et douce. Mais ce n’était pas encore un réflex . A l’époque je faisais surtout des photos de famille en noir et blanc et des paysages près de chez moi du coté d’Arcachon.

Mon premier réflex fut un Edixa. J’explorais avec gourmandise les nouvelles possibilités de contrôler la profondeur de champ et les cadrages précis. Certes la qualité du dépoli était très médiocre. En même temps je dévorais tous les livres traitant de la photographie que je pouvais m’acheter. Je passais plus tard à l’Exacta avec son levier d’armement à gauche dont je me débarrassais assez vite car je le trouvais trop lourd. J’aurais du le conserver, c’est maintenant une pièce de collection recherchée.

Le « déclic », si je peux dire, fut vraiment l’acquisition de mon premier Pentax Spotmatic et ses objectifs de qualité à vis facilement interchangeables. J’optais pour un 35mm, un 50mm et un petit télé de 105mm. A ce moment, je commençais à m’intéresser sérieusement à la couleur. J’étais fasciné par les photos de Ernst HAAS et sa vision de la lumière. C’était l’époque des diapos au Kodachrome et à l’Ektachrome. J’essayais les pellicules infra-rouge, la solarisation, bref je « m’éclatais ».

Je suis passé ensuite au Pentax Spotmatic II dont la cellule était plus précise. J’essayais quelques Zooms mais sans suite car ils étaient lourds et de piètre qualité. Même aujourd’hui où les Zooms se sont imposés grâce aux progrès considérables de l’optique, je reste un adepte des optiques fixes.
J’ai gardé mon Spotmatic II quinze ans… et je suis devenu Nikoniste en 1989. Mon premier Nikon a été le célèbre 801 qui a fait date dans le monde du Réflex. Pour moi, c’était une « usine à gaz » ! J’ai mis plusieurs semaines pour commencer à maitriser le bête ! Je l’ai toujours, il est en parfait état mais je ne l’utilise plus.

En 1995, j’ai fait l’acquisition d’un F4 d’occasion. Ce boitier, je le regrette encore. C’était un tank indestructible. Je l’ai « trimbalé » sur les pistes africaines, en bateau, partout ! Les expositions étaient toujours parfaites, équilibrées. Je m’en suis séparé pour faire un petit tour dans le monde du moyen format mais je n’avait pas réalisé le poids de ces appareils et de leurs optiques. Certes le piqué est fabuleux mais la profondeur de champ est moindre et en voyage c’est quasiment intransportable dans le fouretout.

Après un an je suis revenu au 24X36 avec le Nikon F6 qui me rappelle en moins « rustique » le F4. Je n’ai que des optiques fixes : 20mm, 35mm, 50mm, 180mm, tous Nikon AFD, et un 90 macro Tamron qui est bien mais ne vaut pas le 100mm Macro de Nikon. J’ai aussi de vielles optiques dont je n’arrive pas à me séparer : un fabuleux Nikkor macro 55mm à mise au point manuelle et une curiosité : Un télé à miroir Tamron de 350mm.

Et le numérique ? me direz vous. Professionnellement c’est irremplaçable, j’utilise un coolpix qui reste au bureau pour les acquisitions de documents professionnels et leurs gestion dans les fichiers informatiques. Pour moi, c’est un instrument de travail, non de plaisir. Bien sur, j’ai « craqué » pour un D80 car il offre un bon compromis « qualité de capteur-prix » mais je m’en sert essentiellement pour les photos de famille.
Je sais qu’avec les logiciels de retouche on peut donner libre court à son imagination et sa créativité mais je préfère l’argentique. La pellicule fixe une fois pour toute (même si on peut maintenant changer le cliché final) la vision du photographe.
J’aime la réponse de ce photographe professionnel à qui on demandait « avec quel appareil avez-vous fait ces photos ? », il avait dit « avec mes yeux ! ».

Dans ce site, j’ai mis en toute modestie ce que mes yeux ont vu. Tout n’est pas excellent, loin s’en faut, mais je l’ai fait simplement pour partager la passion de l’image avec d’autres passionnés. Si seulement un seul cliché vous plait ce sera un partage réussi.
 | webmestre | site réalisé par | mentions légales | liens divers | © 2011 Jean-Pierre LIEBE